des livres et des salons du livre

un mail urgent à écrire

...
La version de Nadège
XXXXVII La version de Nadège

- La fille a tout déballé, elle nous a semblé sincère. Lui reste muré dans son silence, veut voir un avocat.
- Ça correspond à ce que j’ai imaginé ?
- Ce n’est peut-être pas surprenant mais elle nie toute responsabilité alors que vous penchiez plutôt pour sa complicité. Selon elle, Pablo a débarqué dans le Lot le 28, il les aurait surveillés jusqu’au 30, et le matin, quand Kader est parti à Montauban au Bricodépôt, il a surgi devant elle. Il l'a convaincue que si elle ne le cachait pas, sa mère serait assassinée par un de ses amis. Après une scène qu’elle décrit terrible, il s’est trouvé un endroit dans le grenier où il aurait vécu jusqu’au 3 avril. Elle l’aurait peu vu les 30 et 31 mars comme les 1er, 2 et 3 avril. Kader se serait simplement absenté quelques minutes le 2 pour se rendre chez monsieur Hanin, qu’il n’a pas vu. Le sieur Pablo en aurait profité pour descendre à la cave, elle ignore ce qu’il y a fait. En tout cas ils auraient failli se rencontrer, Kader ayant vu la porte du grenier ouverte mais Nadège a prétendu y être montée et qu’il faudrait un jour nettoyer les toiles d’araignées. Elle connaissait sa peur de ces petites bêtes donc considère avoir réussi à éviter cette rencontre mais qu’il aurait peut-être mieux valu qu’elle n’intervienne pas.
- Vous croyez vraiment que ce n’est pas elle, le cerveau de cette affaire ?
- Pour l’instant, je vous résume sa déposition. Je pense justement que si certains points vous semblent impossibles, vous me les signalerez. Le 3, en rentrant de marcher, en fin d’après-midi, elle aurait trouvé Pablo tranquillement installé dans le canapé. Elle se serait exclamée qu’il était fou, que Kader allait les tuer s’il les voyait. « Je sais, le premier qui tue l’autre gagne la beauté du 9-3. Donc j’ai gagné ! » Il lui expliqua avoir discrètement ouvert le dernier pack de bières pour y ajouter quelques gouttes de somnifères. Kader en aurait bu une le matin avec vous puis deux après le repas avant de commercer à faire du béton. C’est à ce moment là que Nadège serait partie marcher pour rentrer vers 17 heures 30. Il lui expliqua ce qu’elle devait faire, appeler l’écrivain, je crois que c’est vous, le garder pour la soirée par tout moyen à sa convenance, et que ce soit vous qui découvriez le corps. Vous avez donc passé la nuit avec elle...
- Oui.
- Je comprends que vivant en couple, vous avez préféré déclarer que vous aviez dormi dans le canapé... Je pense que ça ne s’ébruitera pas...
- Mon couple est en très mauvais état... ce qui explique sûrement cela... Donc au-dessus de nous, il y avait ce Pablo ! C’est pour cela qu’elle s’est levée plusieurs fois, me pensant endormi ! Elle souhaitait le rejoindre au grenier !
- Vous êtes persuadé de sa culpabilité mais effectivement, ça nous a semblé bizarre qu’un homme décide que sa compagne doive vous retenir par tout moyen à sa convenance.
- Elle vous a sûrement expliqué que le père de Pablo a couché avec celle qui est encore ma compagne officielle... La putain d’Addis-Abeba dans ma bouche.
- Et lui également.
- Lui également !
- Je n’aurais peut-être pas dû...
- Allez-y... ce n’est plus qu’une question de degré dans sa trahison. Je savais tout à deux, c’est donc logique qu’il y en ait eu au moins trois !
- Ce Pablo s’est rendu une semaine à Addis-Abeba fin mars 2010. Et le dimanche matin, alors que son père était parti saluer une certaine Sophie, il est descendu et elle se promenait avec juste un boubou, une petite tenue africaine. Il a bien vu qu’elle ne portait rien en dessous, alors il lui a joué le coup du mec très triste, elle l’a pris dans ses bras pour le consoler et ils se sont retrouvés sur le canapé où il l’a pénétrée. Ce serait pour se venger de son père qui aurait dépucelé Nadège quand elle avait dix ans... Mais nous pensons que ça n’a rien à voir avec le fait qu’il ait souhaité qu’elle passe la nuit avec vous. Il semble qu’il voulait simplement qu’une tierce personne découvre le corps. Désolé pour le coup que je viens de vous asséner.
Après un silence :
- Nadège savait et ne m’en a donc jamais parlé ! Alors qu’elle m’a raconté Carlo et Amina.
- D’après ses déclarations, elle l’aurait appris récemment, durant ces quelques jours après l’assassinat, je crois que nous pouvons parler d’assassinat de Kader, où Pablo l’a retenue prisonnière en la droguant.
- Merci de ces informations. Un remake de la trahison numéro 1. J’ai

un mail urgent à écrire

 !

Stéphane Ternoise : Le roman de la révolution numérique



Votre commentaire



Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.